POUR UNE VILLE SANS PUBLICITÉ

“Libérer l’espace public et développer les expressions citoyennes”

Chaque jour, nos yeux voient, en moyenne, 1 200 messages publicitaires. Dans la rue ou à la maison, la publicité est de plus en plus présente dans notre vie. Or elle pose un problème majeur, de message et de diffusion.

La publicité, c’est d’abord l’incitation à la surconsommation, à l’accumulation, le message ultime de nos sociétés consuméristes qui rendent le monde peu à peu invivable par une course infinie à la croissance.

La publicité c’est aussi une diffusion partout, tout le temps : à la radio, dans le métro, dans la rue, sur nos téléphones. De plus en plus présente, de plus en plus agressive, la pub se développe et passe par des supports, en ville, qui agressent les yeux, défigurent l’espace public et consomment une énergie folle.

A Bagnolet comme dans la majorité des villes françaises, ces panneaux et écrans sont présents un peu partout dans nos rues. Il est désormais temps de s’interroger sur leur place car à ce jour :

  • Les panneaux rétroéclairés et écrans vidéo consomment de l’énergie et génèrent une pollution lumineuse qui affecte tant la faune, la flore, que la santé humaine ;
  • Les panneaux publicitaires envahissent notre cadre de vie, masquent l’espace public et enlaidissent nos rues ;
  • La publicité diffusée pousse à la consommation, promeut en majorités des produits polluants (voitures, électroménager, …) et véhicule des messages abêtissants voire parfois sexistes, racistes ;

S’il est impossible à l’échelle d’une ville de lutter contre toutes les formes de publicité, il est temps pour Bagnolet de s’inspirer de ce qui s’est récemment fait à Grenoble : interdire les panneaux publicitaires pour les remplacer tantôt par des affichages citoyen.ne.s et civiques, tantôt par des arbres.

Comme Sao Paulo l’avait fait en son temps, il conviendrait de chiffrer le manque à gagner pour les finances communales, et de procéder par étapes à un retrait des grands panneaux, prioritairement les fameux 4×3. Dans le même temps, le règlement local de la publicité devra être plus strict et être respecté pour que les écrans publicitaires vidéo ne soient plus autorisés sur le territoire de la commune.

Il convient de faire projeter Bagnolet dans notre époque et d’en faire un laboratoire. Une époque où des choix courageux sont opérés pour que l’écologie populaire prenne tout son sens : amélioration du cadre de vie pour tous, refus de consumérisme et du règne de l’argent et lutte contre toutes les formes de pollution.

Edouard Denouel

[1] Faire une économie équivalente dans le budget communal en ciblant prioritairement la réduction drastique du parc automobile municipal

Défilement vers le haut